TARDOR (automne)
processus d'une œuvre


L'artiste ressent la nature de l'automne et essaie de transmettre cette sensibilité à travers l'œuvre plastique. Les formes, la lumière et leur répartition dans l'espace sont des composants de l'art, et en tant que tels, ils sont soumis à l'arbitre de l'artiste, à sa sensibilité, à son intelligence, à la technique utilisée et à son concept de l'art en soi.

Les feuilles constituent un élément substantiel de cette œuvre. La forme et la couleur des feuilles y jouent une fonction formelle, et leur répartition dans l'espace est en partie élaborée, en partie aléatoire. Ces éléments – la forme, la couleur et la répartition des feuilles - ont pour objectif de provoquer chez le spectateur une extrapolation de l'œuvre qui lui produit une perception poétique et formelle de telle manière qu'il se rend compte que ces éléments se trouvent hors de leurs réelles limites.

En ce qui concerne l'aspect technique, n'oublions pas que l'œuvre a été conçue sous l'eau. Pour commencer, tout un réseau de fil a été préparé sur lequel l'artiste a placé vingt-cinq cadres de cellulose d'un bleu foncé, préparés au préalable hors de l'eau, unis par des petites ouvertures et des superpositions. Le modèle de la figure ci-jointe a été celui utilisé, avec un grand nombre de trous et de découpes. En plus d'être un intermédiaire, la cellulose qui avait été préparée selon quatre couleurs regroupées en deux groupes en fonction de la similitude de couleur, a été appliquée à l'intérieur des vides du modèle avec une toile en soie.

Depuis la toile, la majorité de ces filtrats se sont déposés à l'intérieur de la surface d'eau, par chute libre, en jouant toujours avec le hasard de l'eau et de la matière en cellulose, et une fois au fond, certains se sont déplacés ou ont été modifiés.

Un parallélisme peut être établi entre la technique que nous venons d'expliquer et le processus naturel de la chute des feuilles à l'origine de l'inspiration de l'œuvre. Cependant, la liberté créative de l'artiste fait que, dans ce cas, la présence des branches et la répartition verticale des feuilles ne respectent pas ce parallélisme et sont présentées d'une manière probablement contradictoire.

En résumé, nous pouvons dire que l'artiste, élabore un ensemble plastique extrêmement abstrait qui essaie de sensibiliser et d'évoquer l'automne en prenant comme base la symbiose des processus naturels.



cliquez sur l'images

Tardor (Automne), 1997
fibre de cellulose, pigments et fils.
Format: 105 x 105 cm.
Collection: les variations en plastique sur le paysage.
No. de catalogue: LXVII.





Patron en toile plastifiée de 300 x 450 x 1,2 mm
pour des œuvres sur surface mouillée.
Formes libres rappelant des feuilles.
Patron conçu pour l'œuvre Tardor