SALVADOR ALIBAU, LE JEU INFORMEL DES COULEURS ET DES FORMES
Dominique Dussol, 1989


Salvador Alibau, né à Barcelone en 1925, appartient à la génération d'artistes dont l'art est une véritable expérimentation. Nous ne pouvons pas dire que nous le découvrons aujourd'hui puisque ses œuvres sont déjà bien connues, mais jusqu'à maintenant, elles n'ont pas été suffisamment prises en compte à leur juste valeur.


Les types de pièces présentées par Salvador Alibau à l'occasion de notre exposition de Sant Cugat del Vallès sont principalement au nombre de deux : les œuvres en fibre de cellulose et les pastels. Ces deux types d'œuvres sont régis par les principes de l'informalisme, un informalisme que nous pourrions qualifier de basique et dont l'objectif n'est rien d'autre que de jouer avec les formes, les couleurs et les textures dans le cadre de la création de ses nombreuses œuvres.


Les pastels de Salvador Alibau sont plutôt fortuits. Ils représentent la réaction, avec une technique également immédiate, du peintre devant la page blanche. La main commence à se déplacer et laisse sous forme d'esquisse une œuvre fraîche, pleine de tonalités plutôt éteintes, à travers lesquelles le graphisme montre en général toujours caractéristiques singulières de l'auteur.


Salvador Alibau travaille les esquisses avec l'utilisation caractéristique des fibres de cellulose, son principal support. Le rectangle conventionnel du périmètre pictural a complètement disparu et c'est la matérialité de pigments qui apparaît avec une tendance au réseau géométrique, ce qui configure l'œuvre qui, malgré tout, n'évite pas les tonalités éteintes.


Dans le cadre de cette exposition, l'aspect le plus intéressant de Salvador Alibau repose probablement sur les surfaces mobiles. La géométrie catégorique et brillante de Calder devient chez Alibau une surface beaucoup plus sensible qui semble avoir été exposée au passage du temps et à travers laquelle la sensibilité de l'artiste devient évidente, plus que dans n'importe laquelle de toutes ses œuvres antérieures.



Galerie Canals - Sant Cugat del Vallès
Diari de Barcelona. 11-6-1989