LE PAPIER COMME PEINTURE
Pilar Parcerisas, 1986


Salvador Arias Alibau (Barcelone, 1925) est un peintre en quête perpétuelle. Il s'intéresse à tout ce qui se passe dans le monde de l'art et à la propre évolution formelle et conceptuelle qui s'est produite dans le domaine des arts plastiques au 20ème siècle. Son engagement résolu pour la peinture abstraite est le fruit de ce sens de l'évolution, du dynamisme et de la transformation des choses, peinture abstraite qu'il accepte comme un fait naturel et logique, comme une conclusion propre de l'art moderne.


À mi-chemin entre l'abstraction lyrique et l'abstraction géométrique, Alibau trouve maintenant la transparence et l'espace à travers une nouvelle expérience dans les procédés de son travail : le papier comme matière, comme support, comme couleur.


La découverte du Musée Molí Paperer de Capellades et la mise en pratique de ses méthodes artisanales d'élaboration du papier ont fait que le peintre Alibau ait pu mettre au point en quelques mois des solutions spécifiques pour son travail, en faisant du papier la matière première de son œuvre. Des solutions qui ont débouché sur un enrichissement formel de ses peintures, allant de la sensualité acquise à travers la texture au rythme de la composition, issue de la communion des surfaces et des couleurs.


Il se peut que les peintures les plus exquises, où la sensibilité de l'artiste est la plus palpable, soient celles reposant sur une simple gaze de fil, du fait de la cohésion plastique de l'œuvre entière. Ses œuvres sont marquées par les formats verticaux où les surfaces rectangulaires se chevauchent, tout en créant un rythme presque musical comme dans les œuvres de Paul Klee. Le lyrisme de la couleur et la géométrie de la forme se combinent tout en respectant la poésie du fragment propre au collage, en essayant d'apporter une valeur unitaire à chacune des pièces.


Les œuvres de Salvador Alibau sont le résultat d'une manipulation très délicate, le fruit du processus de solidification de la pulpe de papier. Et c'est pendant cette opération qu'intervient l'artiste avec le déchirement, la blessure, le décollage. Dans ce sens, son lyrisme est également passionné car il naît du geste, de l'action de déchirer, d'arracher tout, comme il naît également de l'habilité de savoir mettre les choses à leur place, à leur juste place, avec finesse et rigueur.


Même si l'artiste ne nous parle pas à travers un langage nouveau, nous pouvons cependant dire que sa découverte du papier a ouvert un chemin nouveau vers sa manière de comprendre l'abstraction et qui repose surtout sur la transparence rendant son lyrisme encore plus éthéré, son œuvre plus lumineuse et ses principes plus éphémères.



Musée Molí Paperer - Capellades
Avui. 2-2-1986